Centre Dentaire : comment fonctionne-t-il ?

Les maux de dents sont l’une des raisons de consultation les plus fréquentes au sein des cabinets dentaires.

Dans tous les coins du monde, les cabinets dentaires ne chôment jamais.

Pour cause, nous citons en premier lieu le manque d’hygiène et entretien dentaire de la plupart des gens, mais pas que. En effet, malgré une hygiène buccale très correcte, vous ne serez jamais à l’abri d’une carie ou d’une rage de dent. A partir de là, il est utile de savoir comment procéder et à quoi s’attendre lorsqu’il faudrait avoir recours à des soins dentaires.

Cet article a pour objet de présenter les différents services que l’on peut trouver au sein d’un cabinet dentaire, ainsi que les précautions à prendre en allant chez le dentiste pour éviter de potentielles nouvelles apparitions de caries.

Quels soins peut-on recevoir dans un centre dentaire ?

Avant de prendre un rendez-vous dans un centre dentaire mutualiste ou autres, commençons d’abord par énumérer les différents soins pris en charge de manière générale par ces centres dentaires. Sachez que certains d’entre eux peuvent être demandés par le patient comme précaution ou nettoyage, sans qu’il ne soit nécessairement malade.

Le détartrage dentaire

C’est une opération relativement simple qui, comme son nom l’indique, consiste à débarrasser les dents de la couche tartrique qui les recouvre. Le détartrage fait partie des soins qui peuvent être réalisés par simple mesure de précaution.

Le tartre est une plaque dentaire composée de petits bouts d’aliments et de bactéries, inutile donc de vous préciser qu’en plus de son aspect esthétique pas très joli, ce n’est pas non plus une sinécure pour votre santé buccale. En effet, le tartre peut être à l’origine de certaines infections et autres pathologies comme la gingivite, il est donc important de le traiter. A moins que vous ne soyez atteint d’une hypersensibilité au niveau des gencives, l’opération du détartrage n’est généralement pas douloureuse, bien que les frottements entre les dents et l’appareil utilisé ne soient pas agréables.

Les chirurgiens dentistes conseillent d’avoir recours en moyenne à 2 opérations de détartrage par an, afin d’assurer une santé optimale.

Le plombage des caries

C’est sans doute l’opération la plus fréquemment réalisée par les dentistes. Vous avez sûrement déjà été exposé à un plombage, ou du moins vous en avez déjà entendu parler. C’est une mesure qui consiste à soigner les caries en état de détérioration relativement avancé. Lorsqu’une carie fait son apparition et qu’elle n’est pas immédiatement traitée, elle se déminéralise, en d’autres termes, elle se décompose, et un trou se forme en son milieu, qui croît au fur et à mesure. Si cette détérioration atteint le nerf, ce sera non seulement extrêmement douloureux pour le patient, mais la dent ne sera en plus pas récupérable. Le dentiste doit donc empêcher cette déminéralisation de poursuivre son chemin, et ce, dans un premier temps en ôtant la partie de la dent qui est atteinte, puis nettoyer le reste et le recouvrir. Il existe deux manières de recouvrir les cavités d’une dent détériorée ; la première consiste à placer une substance métallique que l’on appelle un amalgame dentaire, qui est de nature très résistante, mais peu esthétique. C’est la méthode le plus souvent employée, certainement en raison de sa simplicité de mise en place et de son prix abordable. L’autre méthode est celle de la résine composite, qui est de la même couleur que la dent, et donc plus esthétique, cependant plus chère. Le choix de la méthode ne sera pas toujours entre les mains du client , car elle dépendra aussi du lieu de l’infection ainsi que le degré de cette dernière.

La dévitalisation de la dent

C’est l’opération à laquelle le dentiste est confronté lorsque la carie est trop avancée et qu’elle a atteint la pulpe. A ce stade, la dent est morte, il n’y a plus rien à faire pour la soigner. L’objectif premier est d‘atténuer les douleurs du patient qui, à ce stade, sont intenses,en retirant les nerfs et les autres bouts de la dent désormais nécrosée, sous anesthésie locale bien entendu. Ensuite, il faudra reboucher les canaux, et l’intervention sera terminée.

Le patient pourra ensuite, s’il le désire, faire remplacer artificiellement son ancienne dent, mais il s’agira d’une autre opération.

L’extraction dentaire

Elle peut être confondue avec la dévitalisation, car elle consiste également à retirer les nerfs ainsi que tous les tissus vitaux. Toutefois, la différence entre les deux interventions est que l’extraction ne concerne pas nécessairement une dent nécrosée. Elle peut s’appliquer pour les traitements suivants :

  • Une carie, que le patient préfère extraire que soigner ;
  • Une mauvaise implantation ;
  • Une fracture ;
  • Une infection relativement grave ;
  • Un déchaussement de la dent ;
  • Un traitement orthodontique.

Ce type d’intervention est de manière générale très redouté par les patients, en raison de sa réputation à être très douloureux Toutefois, l’avancée de la médecine grâce aux anesthésies a aujourd’hui permis, que cette opération soit désormais indolore.

Le placement d’une prothèse dentaire

La prothèse dentaire est une espèce d’implant artificielle que l’on place à l’endroit d’une dent manquante, arrachée ou morte. Bien entendu, il faut au préalable avoir procédé à l’extraction complète de la racine de la dent avant de pouvoir en placer une.

Il y a tant de choses à dire sur les prothèses dentaires. Tout d’abord, sachez qu’à l’inverse des autres interventions où les prix sont relativement fixes et sont à peu près les mêmes quel que soit le cabinet dentaire auquel vous vous adressez, les prothèses dentaires sont en honoraires libres. La raison à cela est que le prix d’une prothèse va varier en fonction d’une grande quantité de facteurs, parmi lesquels :

  • Le type de la prothèse en elle-même
  • Le matériau qui sera utilisé (résine, composite, titane, zircone, céramique, etc)
  • Et surtout les charges du cabinet dentaire, qui peuvent grandement varier, d’un centre à l’autre

Ensuite, voyons les types de prothèses qui existent aujourd’hui sur le marché :

  • La prothèse fixe, qui est la plus utilisée, qui reste fixée en permanence. Plusieurs types de prothèses fixes existent (couronne, bridge, inlay/onlay, implant ou facette dentaire.
  • La prothèse amovible, qui donc peut se retirer et se replacer. La prothèse dentaire la plus connue et de loin, est le dentier.

Les remboursements de la sécurité sociale vis-à-vis des soins dentaires

La question se pose pour beaucoup de personnes de savoir quelles sont les modalités mises en place par la sécurité sociale dans le cadre d’un remboursement pour soins dentaires. En effet, les tarifs dentaires sont assez chers, et les moins aisés financièrement comptent beaucoup sur la sécurité sociale, afin de récupérer un peu d’argent.

En ce qui concerne les soins dentaires les plus fréquemment requis, à savoir les plombages, détartrages, dévitalisations et les extractions de dents sont assez bien remboursés par l’Assurance Maladie, à hauteur de 70% sur la base de tarifs conventionnels.

En revanche, le reste, et plus particulièrement le placement de prothèses ou d’appareils dentaires, c’est une toute autre affaire. En effet, ces pratiques sont assez mal remboursées, mais pas pour les raisons que vous imaginez.

En fait, le remboursement des prothèses et appareils dentaires sont toujours de 70% sur la base des prix conventionnels, cela dit, comme nous l’avons mentionné plus tôt, ceux-ci peuvent grandement varier d’un centre dentaire à un autre. En résultat, vous obtenez des prix réels bien supérieurs aux tarifs conventionnels, pris en considération par la sécurité sociale.

A titre d’exemple, le placement d’une couronne est estimé conventionnellement à 107.50 euros, mais le prix réel que paie le patient se situe entre 300 et 900 euros selon le centre dentaire choisi. C’est pour cette raison que les prothèses sont si mal remboursées.

Comment choisir le centre dentaire auquel s’adresser ?

Il reste encore à savoir comment choisir le cabinet dentaire le mieux adapté à soi même. Tout d’abord nous vous conseillons de passer en revue différents dentistes, et de voir les tarifs qu’ils proposent, car le budget n’est pas une chose à négliger, sauf si vous en avez largement les moyens. Vous pouvez également choisir les cabinets ayant un certain fonctionnement économique (cabinet dentaire mutualiste par exemple) Après cela, il faut vous assurer de la qualité du dentiste qui opère au sein du cabinet en question, et pour cela, il existe diverses façons de procéder.

La première des solutions est le bouche à oreille : si vous connaissez des personnes ayant sollicité les services de tel ou tel centre dentaire, leurs témoignages seront précieux pour déterminer la qualité de travail de ce dernier. Sinon, il est possible de se rendre sur le site de l’ordre national des chirurgiens dentistes, et leur demander de vous conseiller un centre au niveau de votre région. Les dentistes répertoriés au sein de cet ordre participent à des conférences et à des séminaires, par conséquent leur compétence est confirmée. Ils concernent en grande partie les centres dentaires de grandes villes comme Paris, Marseille ou encore Lyon.

Enfin, comme dernier recours, vous pouvez demander l’avis de votre pharmacien, qui à coup sûr connait plus d’un cabinet dentaire au niveau de votre région. Il faut toutefois être assez proche de ce dernier pour pouvoir lui accorder votre confiance, et s’assurer qu’il ne vous communique pas l’adresse d’un dentiste uniquement car il s’agit de son ami, ou d’un collaborateur.